Questions animées

Questions animées


Article de : Julia Flore Alibert
Pédopsychiatre, psychanalyste membre de la SPP

Covid-19 : Retour d'expérience d'une pédopsychiatre

Publié le 20/03/20

Chers tous,
Dans le contexte de confinement à domicile préconisé par les autorités sanitaires je voudrais partager avec vous ma courte expérience de quatre jours de séances en vidéo avec des enfants de 4 à 15 ans.
Je suis pédopsychiatre et psychanalyste membre de la SPP. Je reçois à mon cabinet une vingtaine d’enfants par semaine. 
J’ai du arrêter de voir physiquement mes patients lundi et je leur ai tous proposé de continuer par video , skype ou wattsapp. Je travaille à mon cabinet et les enfants peuvent me voir dans la pièce habituelle  où je travaille sur la video.  La grande majorité des patients ont accepté. Etonnamment ceux qui étaient dans un transfert  plutôt négatif et qui je le pensais profiteraient de cette occasion pour interrompre leur cure, ont tous accepté. 

En terme de cadre j’ai  juste dit aux parents de laisser l’enfant dans une pièce seul et au calme avec le téléphone en mode video. 
Les enfants se déplaçant avec le téléphone, c’est là que les ennuis ont commencé…la plupart ont voulu me montrer leurs affaires, leur chambre, leur lit, leurs jouets, leurs doudous,  les photos sur les murs, leurs boite à secrets…jusque là tout va bien, mais certains sont allés jusqu’à me faire voir toute leur maison : les frères et sœurs dans leurs chambres, le salon, les toilettes,  la cuisine, et même…. la chambre des parents pour des scènes primitives en direct ! Me voilà plongée en apnée dans leur intimité familiale …La camera sur le téléphone bouge en permanence, cela me donne mal à la tête, le tournis …mais en même temps je trouve ça intéressant, j’ai l’impression de voir le monde comme eux, comme ils veulent bien me le montrer.  Avec eux ces petits cameramen  je me ballade à un mètre de hauteur entourée d’objets géants… une table et des chaises sous cet angle me paraissent soudainement immenses, je me souviens tout à coup  ce que c’était d’être « petit » entouré de « grandes » personnes au sens propre, les visages des parents sont énormes, la bouche de la petite sœur de un an qui bave gigantesque, le caniche de la famille on dirait un lion !  

Avec leurs yeux je redeviens un enfant, je me reconnecte plus facilement avec ma part infantile pour mieux m’identifier à eux. Certains patients ont choisi de dessiner calmement et me montrent leurs dessins, avec d’autres on essaie d’inventer des jeux. Avec un enfant de 5 ans on fait un combat de marionnette et de figurines. Mes marionnettes du cabinet contre ses figurines de sa chambre. Cela permet de déployer une grande agressivité chez cet enfant habituellement inhibé. Avec d’autres nous jouons aux jeux de mime, à des jeux de main « pierre feuille ciseaux », à la dinette chacun prépare ses petits plats dans sa cuisine pour un repas commun, on a même joué à cache-cache avec un petit de 7 ans mais j’avais du mal à le trouver quand il sortait de l’écran ! Ceux qui ne pouvaient pas s’isoler dans leur chambre étaient dans le salon ou la cuisine et ont voulu me montrer toutes les choses qu’ils n’ont pas le droit de faire…allumer le four, se servir dans le frigo et j’ai du leur dire « non arrête pas touche ! ». Certains ont voulu que je leur montre leur pochette où je conserve leur dessins, cela les a rassuré de voir que tout était resté à sa place.

Après la fin de la séance, ils voulaient tous continuer. Les parents sont contents que tout ne s’arrête pas. 
Ils me racontent aussi comment ils gèrent le quotidien, le télétravail avec les enfants à côté c’est compliqué... Pour le moment la plupart des enfants sont plutôt contents de rester à la maison avec leurs parents de ne pas aller à l’école mais cela ne fait que 4 jours. Certains m’ont montré avec émotions leurs cahiers de travail d’école, m’ont parlé de leurs camarades qui leur manquent déjà de leur maitresse. Je m’inquiète pour ceux qui ne peuvent pas s’isoler à la maison, des ados qui ne veulent pas continuer à distance et que je ne vois plus. 

Je vais continuer à travailler ainsi, je ne sais pas combien de temps cela durera, combien de temps je vais pouvoir maintenir le lien, cela va demander une certaine endurance. Il ne faut pas se décourager lorsqu’il y a des problèmes de connexion, qu’on ne se voit plus, qu’on de s’entend plus… mais je trouve que l’utilisation de la vidéo dans les psychothérapies d’enfants amène des choses intéressantes des remises en question du cadre que nous pourrons peut être théoriser et utiliser par la suite. Ces temps troubles nous poussent à être créatifs et inventifs, laissons les enfants nous guider…ils ont surement  beaucoup à nous apprendre.

Dear all
I would like to share with you my short expérience with vidéo session with children during this troubled  period. 
I am a child psychiatrist psychoanalyst from France  Paris SPP  . I had to stop to see my patients on monday because of isolation. I propose to continue the session by phone or vidéo.  I still work in my office wich is in a part of my home so they can see me and the office on the vidéo. 
Most of the children patients choose to continue the therapy via vidéo sessions . Skype or wattsapp.  Chilfren from 4 to to 15 years old.  I say to the parents to let the the child stay in a quiet room alone with the phone on video call. The children can move with the phone so….the troubles  begins….  I can see their   private universe , They show me their  room …their bed, their toys, the picture on the wall... they make me visit the entire appartment,  the brothers ans sisters's rooms even the parent's room ... on a direct primitive scene ! The camera is always moving so it is sometimes difficult for me to follow ...but this is interesting because I can see the world as they want to show it to me with their eyes, I see the world with their look at one meter high  and it change my look . sudenly everything seems very big to me … the furnitures the parents…I can better remember what it’s like to be small surronded by things that seem giant  and maybe I can better reconnect with my infant part and  identify with them….    Some of my patients  draw on paper and show me their drawings . With one 5 years old child we made a fight with puppet and figurines ,  but this time  it was my toys against his toys ...so a lot of agrresivness can emerge with this usually inhibited boy. With  an other we play mime game , dice game,  with an other hands  game "Stone leaf scissors" , with an other we have preparing a meal with « dinette »,  but it was « what do you have at home ? » and « What do I have in my office » and we try to share for a comon meal… with one we play  « hide and seek » game ....but it was difficult for me to find the child outside the screen ! One child was in his kitchen and started to show me all the things he was forbbiden to touch ...touching the oven or bringing food in the fridge. ... so I have to say : no stop !
After the end of the sessions they all wanted to continue the video session. Some asked me to see their drawings's pocket that I keep in  my office and they were relaxed of that. To see that things stay in the same place.
For the moment the children are happy to stay at home not going to school spend in time with their parents …but it is only 4 days and  they begin to miss school friends and teachers. Some of them showed me their works from school,  their notebook  with a lot of emotion…
I will continue to work like this….for the moment I dont know for how many time it will be possible to keep the contact but I think we can do a lot of things with video session with children and that brings up interesting things….that we can maybe theorize after…

Good luck to all and take care
Hugs from Paris

Envoyer à un ami
Partager l'article :