Obédience, inspiration et formation en psychanalyse.

Le champ clin­ique s’anime par­fois de con­tro­ver­s­es liées à la légitim­ité de la pra­tique psy­ch­an­a­ly­tique « inspirée », c’est à dire sans autre for­ma­tion insti­tu­tion­nelle qu’au mieux une analyse per­son­nelle,  mise en per­spec­tive avec les par­cours de for­ma­tion pro­posés par les insti­tuts et écoles struc­turées. Les cas rap­portés par O. Renik, inter­sub­jec­tiviste améri­cain, mon­trent à l’inverse, un prati­cien dont la méth­ode a rad­i­cale­ment évolué depuis sa for­ma­tion psy­ch­an­a­ly­tique con­forme aux stan­dards de l’IPA, et qui prend la mesure de chaque écart pris avec celle-ci. Nous explorons égale­ment l’idée que la créa­tiv­ité du thérapeute, plutôt que de souf­frir d’un assèche­ment  lors du temps de la trans­mis­sion insti­tu­tion­nelle, trou­ve là son noy­au indis­pens­able, référence ultérieure des mou­ve­ments d’identifications trans­féren­tielles et de leur com­préhen­sion par l’analyste.

Les insti­tu­tions de soin met­tent en sit­u­a­tion de parte­nar­i­at des pro­fes­sion­nels de prove­nances fort dif­férentes, offrant ain­si une vue en sur­plomb sur les entrelace­ments de nos dif­férentes cul­tures clin­iques et de leurs inscrip­tions his­toriques. Il est alors intéres­sant de repér­er les déc­la­ra­tions de cer­tains au sujet d’une inspi­ra­tion, voire d’une obé­di­ence psy­ch­an­a­ly­tique, comme si nous avions à faire à une démarche artis­tique ou encore une reli­gion bâtie sur la foi des pra­ti­quants.

Com­ment donc ne pas être inter­pel­lé par la dif­fu­sion de ce que l’on pour­rait désign­er comme une illu­sion col­lec­tive de facil­ité, qui trou­verait dan­gereuse­ment un écho chez les jeunes clin­i­ciens, lais­sant penser que l’abord lit­téraire de la psy­ch­analyse, adjoint-mais pas toujours‑d’une cure per­son­nelle, avec en prime un peu de con­vic­tion, pour­rait suf­fire à désign­er sa pra­tique comme psy­ch­an­a­ly­tique. On trou­ve par ailleurs chez les défenseurs de cette posi­tion l’idée que la for­ma­tion insti­tu­tion­nelle à la psy­ch­analyse, com­pro­met­trait la créa­tiv­ité clin­ique, et son car­ac­tère sub­ver­sif. Pour aller plus loin, ces posi­tions ren­con­trent une cer­taine tolérance, du fait de leur référence com­mune à une tra­di­tion de con­tes­ta­tion des inven­taires diag­nos­tiques, com­mu­nauté clin­ique soucieuse d’une con­cep­tion non figée de l’acte diag­nos­tique1 , à la faveur d’un proces­sus dynamique en évo­lu­tion con­stante. La paix appar­ente entre les ten­ants d’une apti­tude qua­si innée à la pra­tique ana­ly­tique et ceux qui tien­nent à la for­ma­tion insti­tu­tion­nelle « coûte que coûte » s’unissent implicite­ment autour d’un statu quo poli­tique, en par­tie dû à l’ancienne con­fronta­tion avec le courant cog­ni­ti­vo-com­porte­men­tale, ser­vant de dénom­i­na­teur et d’ennemi com­mun à une pop­u­la­tion hétérogène d’obédience psy­ch­an­a­ly­tique.

Qui plus est, et c’est l’objet de cet arti­cle, nous retrou­vons des dis­tor­sions de pra­tiques à l’intérieur même des courants ana­ly­tiques com­posant l’Association Psy­ch­an­a­ly­tique Inter­na­tionale, mais dont le cen­tre de grav­ité assur­ant une cohérence interne, sem­ble néan­moins tenir au moment ini­tial de la for­ma­tion de l’analyste et de sa val­i­da­tion par un tiers insti­tu­tion­nel. La vignette pro­posée con­cerne donc les divers­es modal­ités de l’interprétation de la rela­tion de trans­fert, en suiv­ant les options peu ortho­dox­es pris­es par l’analyste, en occur­rence l’intersubjectiviste Owen Renik, à qui nous emprun­tons ce matériel.

L’intersubjectivisme, est une con­cep­tion de la pra­tique ana­ly­tique rel­a­tive­ment dis­si­dente qui s’est dévelop­pée aux Etats-Unis à par­tir des années 80, en grande par­tie en réac­tion envers l’Ego-Psychologie de Heinz Hart­mann et s’inspirant, bien que d’une façon loin­taine, de la psy­ch­analyse anglo-sax­onne fondée sur la rela­tion d’objet (courant allant de Mélanie Klein, à Win­ni­cott, Balint, mais surtout Fair­bairn). C’est Roy Schafer, qui rad­i­calise aux Etats-Unis l’intersubjectivisme comme une théorie de l’esprit, en con­tre d’un lan­gage mécan­iste des stan­dards psy­ch­an­a­ly­tiques de l’IPA, avance-t-il. Pour Schafer, la psy­ch­analyse est un acte nar­ratif, ana­lyste et analysant con­stru­isant tou­jours une his­toire nou­velle qui n’aurait d’autre réal­ité que celle d’être racon­tée, expéri­ence sub­jec­tive, cam­pée dans un espace inter-rela­tion­nel, plus qu’intrapsychique et incon­scient.

Je reprends ici quelques argu­ments parus à la rubrique « débats sans fron­tières » sur le site inter­net de la SPP2 où Bernard Penot, en par­ti­c­uli­er, y a con­duit un tra­vail de décryptage tech­nique de la méth­ode inter­sub­jec­tiviste. Et c’est bien de méth­ode dont il s’ag­it, adjointe d’une éthique qui tend à devenir une ques­tion de plus en plus sub­sidi­aire. Si la théorie psy­ch­an­a­ly­tique est acces­si­ble à l’intellect par le biais lit­téraire, la méth­ode, elle, demeure un sin­guli­er arti­sanat, liée d’une part à l’analyse per­son­nelle, et d’autre part à la trans­mis­sion, plus qu’une acqui­si­tion de com­pé­tences, elle se car­ac­térise surtout par une relance per­ma­nente de la capac­ité auto­an­a­ly­tique de l’an­a­lyste sous le regard insti­tu­tion­nel de la super­vi­sion de cure. Sou­venons-nous d’ailleurs que c’étaient bien des ques­tions de méth­ode et de trans­mis­sion qui avaient provo­qué la scis­sion entre la SPP et Lacan en 533 .

Pour en revenir à Owen Renik, sa pra­tique repose sur le pos­tu­lat d’une égal­ité en quelque sorte démoc­ra­tique, entre patient et ana­lyste, où cha­cun partage ses éprou­vés émo­tion­nels et ses asso­ci­a­tions, en s’expliquant si néces­saire sur le bien-fondé de l’interprétation pro­posée. Ce qui veut dire en d’autres ter­mes l’abolition pure et sim­ple de l’asymétrie clas­sique, syn­onyme d’un retrait de l’analyste de la scène de la réal­ité, et par con­séquent pro­hibant une quel­conque impli­ca­tion dans ce que l’on pour­rait presque appel­er une con­ver­sa­tion thérapeu­tique, nous en ver­rons ici un exem­ple. Renik nous mon­tre pour­tant des décou­plages pos­si­bles, des fluc­tu­a­tions pour cer­taines rad­i­cales, autour d’un axe con­stru­it lors de sa for­ma­tion d’analyste qui se présente comme une référence d’avec laque­lle Renik mesure la dis­tance prise à chaque écart.  Dans le com­men­taire de cet extrait traduit par Bernard Penot en 19984 , il sera donc ques­tion de la prise de con­nais­sance de la réal­ité du patient par le dévoile­ment d’une posi­tion sub­jec­tive présente chez l’analyste, alors que l’on con­sid­ère clas­sique­ment que ces man­i­fes­ta­tions sont opérantes dans le périmètre des mou­ve­ments con­tre-trans­féren­tiels, c’est à dire pour le moins dis­simulés au patient, du moins tant qu’elles ne trou­vent pas une issue inter­pré­ta­tive.

Ethan est un jeune médecin urgen­tiste, dont le père est un patron des hôpi­taux de San Fran­cis­co, ayant tou­jours con­sid­éré son fils comme un élève médiocre, instau­rant une dis­tance voir de l’indifférence. La fig­ure de cet homme dom­i­nant, et les plaintes for­mulées à son encon­tre ont une grande impor­tance, et sous-ten­dent cette séquence, située après un an de traite­ment. Ethan y est très ému d’avoir sauvé la vie d’une femme, un tri­om­phe thérapeu­tique et pour­tant… Renik dit en com­men­taire « Je me rends compte, que j’écoute le réc­it d’Ethan avec intérêt. Je suis impres­sion­né par sa con­science pro­fes­sion­nelle et sa pas­sion tran­quille pour son tra­vail (…) Ethan a toutes les raisons d’être très fier d’avoir sauvé la vie de cette femme. Si le sen­ti­ment d’un exploit ne vient pas à se man­i­fester chez lui, je me pro­pose de lui deman­der pourquoi. »
Tout à coup Ethan inter­rompt son réc­it et se plaint de ne pas être enten­du, de sen­tir son ana­lyste ailleurs, ce que con­tre-dit énergique­ment Renik en ajoutant même qu’il se sen­tait « éprou­ver un intérêt par­ti­c­uli­er pour ce qui lui sem­blait être une répug­nance de la part d’Ethan à exprimer la fierté d’avoir accom­pli un sauve­tage aus­si dif­fi­cile et décisif ». Renik avance alors qu’Ethan pour­rait penser que lui, son ana­lyste, ne peut enten­dre un réc­it de suc­cès de la part de son patient, pointant là, sans le dire explicite­ment, la crainte de se posi­tion­ner dans une rival­ité homo­sex­uelle avec lui, et de sur­croît l’emporter. C’est une inter­pré­ta­tion très clas­sique de ce type de trans­fert; qui se trou­ve pour­tant employée par un thérapeute que cer­tains ne man­queraient pas de con­sid­ér­er en dehors de la psy­ch­analyse. Une inter­pré­ta­tion ten­tante, mais presque « bouche trou » aurait été de dire « alors je réagis tout comme votre père », quelque chose que le patient, dans cette sit­u­a­tion a d’amblé repéré.

Le patient exam­ine alors cette hypothèse et se sou­vient que, quelques instants plus tôt, la voix de son ana­lyste lui avait paru s’estomper momen­tané­ment. Cette impres­sion se rat­tache  aux fréquentes atti­tudes de son père, ce « grand mon­sieur », qui tout en lui par­lant, finis­sait ses phras­es le regard dans le vide, par­fois déjà tourné vers la sor­tie, ou bien s’avançant dans le couloir pour par­tir. Alors, son ana­lyste, n’est-il pas un peu comme son père ? Ce qui est là aus­si une asso­ci­a­tion atten­due, au point que Renik se demande si le patient n’est pas en train de ren­tr­er dans un jeu de com­plai­sance, en lui dis­ant ce qu’il veut enten­dre. Renik trou­ve surtout que son patient n’élabore pas assez la vul­néra­bil­ité de l’analyste qui se dégageait dans l’échange avec lui, et qu’Ethan « passe un peu rapi­de­ment » vers des asso­ci­a­tions con­cer­nant son père, lesquelles, tout en restant per­ti­nentes, lui sem­blent relever d’un procédé défen­sif. Renik se sou­vient alors, qu’en prenant la parole dans la séance, il avait tourné la tête pour regarder sur son répon­deur, atten­dant l’appel d’un ami au sujet du dîn­er de la soirée, dans un nou­veau restau­rant, et pour cela il a du détourn­er sa tête du divan à l’opposé de celui-ci, provo­quant une mod­u­la­tion du ton de sa voix. A ce moment, il est pris d’une sen­sa­tion de faim qu’il com­prend comme un éprou­vé con­tre-dépres­sif, quelque chose qu’il con­nais­sait bien, en par­ti­c­uli­er lorsqu’il venait vis­iter sa mère malade. Celle-ci, sur un mode de « mère juive » lui reprochait con­tin­uelle­ment son statut d’étudiant en médecine, et son inca­pac­ité à l’aider alors qu’elle était si malade. Pour fuir ces plaintes, Renik se repli­ait sur le réfrigéra­teur de la mai­son dans de grandes crises de fringale. La sen­sa­tion de faim, est pour lui un sig­nal con­tre-trans­féren­tiel et il se dit : « Ethan n’a‑t-il pas alors rai­son de penser que je me sens inférieur à lui qui a pu sauver la vie d’une femme en dan­ger, alors que moi je n’ai pas sauvé ma mère ? ». Il décide de dire à son patient que celui-ci avait rai­son con­cer­nant sa dis­trac­tion, et qu’il s’était bien détourné de lui tout en posant une ques­tion, ce pour véri­fi­er s’il n’avait pas un appel qu’il attendait sur son répon­deur.

La réac­tion du patient a d’abord été de se deman­der si l’appel en ques­tion sou­ci­ait son ana­lyste, puis se ras­sure trou­vant qu’il n’avait pas l’air si préoc­cupé, prenant en compte la capac­ité de l’analyste à se restau­r­er nar­cis­sique­ment. Il pré­cise néan­moins, que c’était très pénible de le sen­tir ailleurs, ce qui ramène le trans­fert dans ses repères habituels d’angoisse d’abandon et d’attente de répa­ra­tion : après la tem­pête, le beau temps.
D’un point de vue tech­nique, en suiv­ant la ligne inter­pré­ta­tive nous voyons en trans­parence l’héritage de S. Fer­enczi, avec un trans­fert croisé, où le patient revit sa rela­tion à son père et l’analyste, la rela­tion à sa mère.
Le patient réag­it à cette inter­ven­tion avec beau­coup d’émotion, il a les larmes aux yeux et dit: « vous pou­vez recon­naître que vous avez fait une faute, que je vous ai mon­tré quelque chose que vous ignoriez. Je n’ai pas besoin de marcher sur des œufs avec vous, en m’inquiétant de ce qui pour­rait arriv­er si vous vous sen­tiez con­testé. J’aurais aimé vivre cela avec mon père. Je me demande jusqu’à quel point le prob­lème entre nous rel­e­vait de lui et de son besoin d’être le gros bon­net, ou de moi et de ma cul­pa­bil­ité de jouer le jeu de ma mère. »

Nous lais­sons de côté tous les nom­breux com­men­taires pos­si­bles, pour ne retenir que ceux qui se situent autour de l’utilisation du trans­fert au ser­vice de l’interprétation, celle-ci visant essen­tielle­ment à rétablir l’al­liance de tra­vail sur un mode homéo­sta­tique n’ad­met­tant une con­cep­tion de l’é­conomie psy­chique que purgée  de sa déstruc­tiv­ité.

Nous avons donc ici l’ex­em­ple de quelques décli­naisons d’interprétations authen­tique­ment psy­ch­an­a­ly­tiques, dépourvues néan­moins de leur con­flict­ual­ité et du sub­strat psy­cho sex­uel: le père détourné par un attrait extérieur, une scène prim­i­tive sec­ondaire réac­ti­vant à la fois l’ex­ci­ta­tion et la décep­tion homo­sex­uelle chez son fils. Ce mou­ve­ment tient son index­a­tion sur l’aveu de faille de l’an­a­lyste en posi­tion pas­sivée sous les assauts séduc­teurs d’Ethan.
Cette clin­ique, bien que puisée dans la pra­tique d’un inter-sub­jec­tiviste, avait pour objec­tif de mon­tr­er com­ment toutes ses inter­ven­tions restent per­ti­nentes à leur façon dans les pos­tu­lats hétérogènes des lec­tures de l’inconscient.

Pour con­clure: La courte vignette présen­tée ici et provenant d’un au-delà de la psy­ch­analyse, per­met pour­tant de pré­cis­er la voca­tion  de  la for­ma­tion comme une matrice de nos regards et de nos pra­tiques psy­ch­an­a­ly­tiques inspirées, matrice sans laque­lle la règle fon­da­men­tale et appré­ci­a­tion du fonc­tion­nement psy­chique, restent soumis à une ver­sion per­son­nelle, poten­tielle­ment per­ver­sion poly­mor­phe du thérapeute “mul­ti­carte”. Plus qu’ailleurs, en matière de san­té men­tale, l’hu­mil­ité est de mise face au con­stat qu’au­cune ambi­tion étiopathogénique ou thérapeu­tique ne réduit encore défini­tive­ment la dimen­sion mécon­naiss­able de l’in­con­scient. Toute­fois l’ar­gu­ment du mécon­naiss­able, se retourne vite en cau­tion d’un allège­ment éthique et tech­nique au nom de la créa­tiv­ité, toute essen­tielle con­venons-en, mais ” s’il vous plait “, dans l’après coup d’un temps insti­tu­tion­nel, seule garantie d’une organ­i­sa­tion de nos pul­sions thérapeu­tiques par­tielles sous le pri­mat du tiers.

Piotr Krza­kows­ki, psy­ch­an­a­lyste SPP.
Bib­li­ogra­phie: Bernard Penot,
http://www.societe-psychanalytique-de-paris.net/wp/?p=236 Owen Renik,
Inter­na­tion­al Jour­nal of Psy­cho­analy­sis, 1998, vol­ume 79, numéro 3, p. 488.

NOTES :

  1. Au sens du dic­tio­n­naire Hypocra­tique, c’est à dire « con­naître à tra­vers », ou encore sa sec­onde accep­tion : « pren­dre con­nais­sance ».
  2. Arti­cle de Bernard Penot http://www.societe-psychanalytique-de-paris.net/wp/?p=236
  3. Au moment his­torique de la fon­da­tion de l’Institut Psy­ch­an­a­ly­tique de Paris, chargé de la trans­mis­sion de la psy­ch­analyse, la SPP devenant l’organe d’appartenance des mem­bres. Dans les années 1984/86, l’institut a été réin­té­gré au sein de la SPP.
  4. Inter­na­tion­al Jour­nal of Psy­cho­analy­sis, 1998, vol. 79, n° 3, p. 488